jeudi 19 avril 2012

Confier/Accueillir un bébé allaité


Lorsque j’ai eu mes propres enfants, au siècle dernier, dans ma tête et dans la tête de la plupart des mamans, la reprise du travail DEVAIT coïncider avec l’arrêt de l’allaitement. C’était comme ça ! Allaiter ou travailler ! On ne se posait même pas la question de savoir si on pouvait faire autrement. C’était même la course pour que le jour J, le jour de l’arrivée chez Nounou ou à la crèche, les roberts de maman ne soient plus qu’un vague souvenir pour la mini-crevette qui ne bénéficiait donc que 2 mois voire 3 maximum du lait maternel.

Les premières mamans avec lesquelles j’ai travaillé étaient toutes aussi bêtes et disciplinées que moi. Je ne pensais même pas qu’il était possible d’accueillir un bébé allaité. Les mamans non plus, ou bien elles n’osaient pas imposer leur choix quitte à ne pas être tout à fait sincères sur l’état d’avancement du sevrage.

Et puis le 21ème siècle est passé par là : avancée des connaissances médicales sur la question, retour au naturel, allergies en hausse, la vague bobo…. Mettez ça sur le compte qui vous plaira, mais les faits sont là : maintenant, chercher un mode d’accueil pour son enfant n’est plus synonyme de sevrage. Personnellement, les derniers bébés qui m’ont été confiés ont tous bénéficié du lait maternel pendant les premiers mois de l’accueil.

Bien sûr pour le premier, j’étais un peu inquiète. J’écoutais les autres assistantes maternelles qui pensaient que c’était compliqué parce que les bébés, soit disant, pleuraient beaucoup, n’acceptaient pas les tétines, demandaient souvent à manger….. J’ai voulu faire l’expérience. J’avais déjà tenté avec succès et contre l’avis de mes collègues, l’expérience des couches lavables, c’est donc avec plaisir et curiosité que j’ai accueilli la demande de la première maman allaitante. Je n’ai eu aucun problème.

Concrètement comment ça se passe ?

La maman tire son lait, soit pendant l’absence du bébé, soit en même temps qu’elle allaite. Le lait recueilli est placé dans de petits récipients.

 Il peut être congelé ou simplement mis au réfrigérateur si c’est pour une consommation rapide. Le matin, les parents m’emmènent les récipients dans un petit sac isotherme.

(Je n'ai pas d'actions chez Avent mais il se trouve que depuis 4 ans j'ai toujours travaillé avec ces produits et qu'ils m'ont toujours donné satisfaction)

 Je garde toujours dans mon congélateur un ou deux biberons d’avance afin de pouvoir pallier aux aléas (bébé réclame d’avantage, bib malencontreusement renversé…..) Mis à part le fait que le lait maternel ne passe pas au micro-ondes, je ne vois pas trop ce que je pourrais vous dire qui diffère vraiment de ce qu'il se passe avec un bébé nourri au lait artificiel ! Ça n’est pas plus galère. Il faut seulement bien choisir la tétine, ne pas confondre les besoins du bébé qui ne pleure pas forcément parce qu’il a faim… rien qu’une professionnelle ne soit pas en mesure de gérer. 

Avec la dernière mini-crevette j’ai même proposé à la maman qu'elle vienne allaiter bébé à midi. Ça, au départ, je n’étais pas très chaude. Je crois même avoir refusé les premières demandes ou tout du moins je me rappelle en avoir parlé sur des forums. J’avais peur que cela perturbe les autres enfants, d’autant plus si ça devait se passer pendant le repas. J’ai écouté le discours des rares collègues pour qui ce n’était pas un problème (merci Fanny) et je me suis lancée. Maintenant je peux le dire : c’est vrai, ce n’est pas un problème. Je suis peut être tombée, certes, sur une super maman qui a su rester discrète mais je n’en ai tiré que des avantages. Les autres enfants n’ont pas été perturbés par cette intrusion parentale dans la journée. J’ai simplement noté un peu plus de  «sagesse » pendant le repas (les premiers jours ils ont joué les enfants modèles) parfois une envie d’avoir une petite sœur. Pour moi c’était tout simplement moins de travail puisque j’avais un bib en moins à donner dans la journée.

Depuis cette expérience, j’avais dans l’idée de créer un article sur l’allaitement. Il était déjà bien construit dans ma tête avec ce que dit la loi sur la question, tous les conseils pour la conservation ….  Et la semaine dernière, au cours d’une ballade sur le net, je me suis aperçue par hasard (un de ces hasards qui vous ferait presque douter justement de l’existence du hasard ou du moins de sa définition tellement c’est improbable) que cet article existait déjà. Il est là :


Il est aussi complet que celui que je voulais vous pondre et même plus. Il me permet aussi de vous présenter une petite boutique lyonnaise spécialisée dans la vente et la location de matériel de puériculture alternative, et qui vous propose des ateliers à thème (portage, éducation).



Elle se trouve au 169 grande rue de la Guillotière dans le 7ème . Vous n’êtes pas lyonnais ? Pas grave Symbioza comme vous l’aurez remarqué c’est aussi une boutique en ligne.


Pour finir voici quelques autres liens qui pourront vous être utiles si le sujet vous intéresse :






Bon je m’arrête là… parce qu’il y en a beaucoup. Si vous avez d’autres adresses qui vous sont chères, n’hésitez pas à vous servir des commentaires.

1 commentaire:

  1. J'adore ton article
    mon grand de 12 ans maintenant a etes allaité et je tiré mon lait que je donnais congelé a son assmat, j'ai eu le droit apas mal de réflexions sur la couleur, la richesse de mon lait mais en gros cela ete

    Depuis que je suis assmat moi-même(10 ans) j'ai pas encore travaillé avec une maman qui allaite, peut être un jour et avec bonheur

    RépondreSupprimer