vendredi 21 octobre 2011

Une nounou "Pikler" c'est quoi ?


« Oui bonjour Madame, je vous appelle suite à votre annonce d’assistante maternelle. Nous sommes très intéressés par votre démarche. On ne connaît pas  Pi…… enfin… je sais même pas comment ça se prononce mais nous recherchons une éducation non violente »

Désolée, Monsieur, normalement, sauf changement de dernière minute, la place est prise ! Ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas le seul à ne pas connaître Pikler (sans vouloir citer de nom, je connais même des puéricultrices qui ne savent pas qui c’est Pi…. Kler) Mais en tout cas, vous n’aviez pas tord il s’agit bien en résumé d’une éducation non violente même si on préfère parler ici de bientraitance.

Alors, 
  • pour vous (qui je l’espère avez trouvé une solution), 
  • pour tous ceux qui ne savent même pas comment cela se prononce, 
  • pour les parents de la mini-crevette que je vais accueillir prochainement (on dira que c’est une partie du livret d’accueil que je n’ai pas encore rédigé),
  • pour moi histoire de me faire une petite révision puisque le dernier bébé accueilli ici a bientôt 2 ans ½ (il n’y a pas beaucoup de turnover chez Nounou Cathy), 

voici comment se passe l’accueil d’un tout petit chez une assistante maternelle qui a une approche éducative basée sur les travaux d’Emmi Pikler.

Je ne vous fais pas un cours d’histoire (vous trouverez ça, ailleurs, mieux que je ne pourrais le faire), je vous rappelle simplement quelques  principes de base : quand on travaille « à la Pikler » on sera très attaché :

-          à la motricité et à l’activité libre,
-         au bien-être corporel de l’enfant,
-         à la qualité du soin
-         à l’établissement d’une relation de confiance entre l’enfant et l’adulte qui s’en occupe.

En clair maintenant. Quand une mini crevette arrive chez moi, je vais tout d’abord apprendre à la connaître et à connaître ses besoins. Pour cela je vais observer attentivement son comportement dans les moindres détails afin de pouvoir interpréter ses demandes et répondre le mieux possible à ses attentes.

Dans la journée lorsque ce bébé ne dormira pas, qu’il ne sera pas en ballade, en train de manger, en « soin » ou dans les bras de sa nounou il sera déposé au sol toujours à plat dos, sur un tapis assez rigide (genre tapis de gym des écoles). Ce tapis sera recouvert d’un drap pour éviter le contact avec le plastique qui pourrait sembler froid. 

Des jeux seront disposés tout autour du bébé, jamais donnés « de force » dans la main. Ils seront choisis selon le développement de l’enfant en privilégiant la simplicité. Au début ce sera souvent des objets de la vie courante reconvertis, l’important étant la découverte de matières, de formes, de sensations et les gestes qui en découleront. Il n’y aura pas de portiques qui peuvent agacés le bébé car celui-ci ne peut ni attraper les jeux qui s’y trouvent, ni s’en détourner puisqu’il est positionné dessous. Les jeux trop bruyants, ou trop compliqués seront aussi bannis. 

Le tapis en lui-même sera toujours positionné dans le même endroit afin de donner des repères à l’enfant. Je le positionnerai contre un mur qui pourra servir de « résistance » et d’appui lors des premières tentatives de déplacements. Avec la permanence des lieux, sera aussi instaurée une permanence des jouets, l’enfant devant retrouvé à chaque séance de motricité les mêmes objets afin de pouvoir approfondir leurs utilisations. Ils ne seront remplacés que lorsque j’aurai observé que l’enfant s’en désintéresse.

Je n’interviendrai jamais pour modifier la position du bébé sauf dans le cas où celui-ci sera dans une situation trop inconfortable comme par exemple lors des premiers retournements sur le ventre, quand  le bébé saura se mettre sur le ventre mais se retrouvera coincé, sans savoir comment revenir dans la position initiale. Dans ce cas je veillerai à ne jamais le soulever directement du tapis ; je l’aiderai à repasser sur le dos, en l’accompagnant au niveau de son épaule. Comme je l’aurai bien observé avant, je passerai toujours par l’épaule qui lui aura servi à faire son retournement (chaque bébé a ses préférences au départ). Si besoin je le prendrai alors dans mes bras en l’avertissant toujours de l’acte que je vais réaliser. Sur ce tapis, l’enfant sera laissé pied nu afin qu’il puisse utiliser ses pieds pour jouer et se déplacer. Il sentira beaucoup mieux les appuis et, pas de panique, il ne fait jamais de températures sibériennes chez nounou. 

Je ferai attention à ce que sa tenue soit adaptée pour que ses mouvements soient totalement libres. Ainsi je prendrai garde à ce que ses mains et ses pieds soient toujours libérés en remontant les manches du pull et les bas de pantalons.  Le tapis de motricité représentera le lieu de jeu principal du bébé, le transat quant à lui, ne sera qu’un lieu de passage où l’enfant ne restera que de brefs instants. Lorsqu’il sera capable de ramper (très rapidement quand on lui donne l’occasion de se mouvoir), il se promènera comme bon lui semble dans la salle de jeux. Il va de soi que l’enfant ne sera jamais assis ou même posé directement sur le ventre tant qu’il ne sait pas le faire de lui-même. Un youpala ? Heu… non merci, sans façon !! 

 Dessins tirés du livre "Se mouvoir en liberté dès le premier âge" 
                                    

Les repas seront donnés sur mes genoux (pas de chaise haute ou très peu) jusqu’à ce qu’il soit capable de s’asseoir seul. Je prendrai soin de m’installer dans un coin tranquille, à l’écart de l’agitation. Je serai indisponible pour les autres enfants accueillis pendant tout le temps du repas. A moi donc d’anticiper ce qu’il pourrait se passer et faire en sorte de créer les conditions pour ne pas être dérangée tout en continuant la surveillance. Sauf si il dort (ou si ce n’est vraiment pas son heure) le bébé mangera toujours avant les plus grands, ceci dans le but de ritualiser le repas et de donner des repères dans le temps à tous les enfants présents (« J’ai faim mais je patiente car je sais qu’après bébé, c’est mon tour »). La devise du temps repas sera toujours : « pas une cuillère de moins que la faim, pas une de plus que ce qui lui fait plaisir ».

Extrait du film "Une maison pour grandir" de Bernard Martino

Le moment du change sera toujours très important. Il ne sera jamais (dans la mesure du possible) réalisé dans la précipitation. Les gestes seront toujours lents, doux et effectués toujours dans le même ordre en prévenant le bébé de ce que l’on va faire. J’essayerai de ne pas tirer sur les jambes pour effectuer le change mais de faire rouler le bébé à partir de son bassin, La manœuvre semble un peu délicate à effectuer mais elle permet de ne pas créer de tensions dans les articulations, et comme elle est toujours réalisée de la même façon, le bébé devient très vite actif pendant son change et vous aide en accompagnant et en anticipant tous vos gestes. J’en profiterai pour lui parler, beaucoup et toujours sans précipitation en tentant de verbaliser les émotions de l’enfant. Lorsqu’il sera plus grand au moment de la marche, l’enfant sera changé debout afin qu’il prenne encore plus part à son propre développement. J’entends déjà les collègues dire que c’est trop compliqué ; c’est juste une question d’habitude. Au départ, quand par « l’odeur alléché » on suppute que le change va être très….. sportif, on peut toujours se resservir de la table à langer en expliquant à l’enfant les raisons de son choix. Il le comprendra très bien : « Nounouuuuuuuu, Ja fais un caca de mammouth » !

Quoi dire de plus, sinon qu’une « Nounou Pikler », c’est une nounou comme les autres. Elle va au parc comme les autres, peut être un peu plus que les autres parce qu’elle pense que les sorties quotidiennes c’est bon pour la santé (une vraie nounou pikler, pure et dure,  fera même faire la sieste dehors été comme hiver ce que je ne peux matériellement pas faire personnellement) Elle fait faire des « activités manuelles » comme les autres, peut être un peu moins que les autres car elle est très attachée à l’activité libre ; disons donc qu’elle sera plus « activités » que « bricolages » ne perdant jamais de vue l’intérêt de l’enfant dans tout cela. Elle se formera peut être un peu plus que les autres, ayant à cœur de traquer toutes les « douces violences » quotidiennes dont elle n’avait même pas conscience en débutant dans le métier.

J’imagine les assistantes maternelles en train de lire cet article. Certaines vont se rendre compte qu’elles travaillent "à la Pikler" depuis toujours, d’instinct,  sans même le savoir. D’autres vont se demander ce que c’est que ces pratiques bizarres (poser un bébé par terre sans jamais l’aider à s’asseoir, à marcher ou même à attraper un jouet, mais qu’est ce que c’est que ces idées barbares héritées du communisme !!) A celles-là, je leur propose d’aller lire les autres articles tagués « Pikler » de ce blog, notamment les comptes rendus de réunions pour comprendre les raisons et les buts de cette approche de l’éducation. 

15 commentaires:

  1. Tres bien
    je suis un peu pareil, mais en m^me temps on suis aussi les parents et leur habitude
    j'ai un petit qui as ete un peu en trotteur mais vraiment tres peu et a un moment ou iul marché deja en se tenant aux meubles
    pour s'asseoir j’attends que l'enfant le fasse de lui mémé aussi avant c'est tapis ou transat en position couché et non ps droit
    pour le change je propose debout, j'ai eu un de mes loulous qui aimé beaucoup le change debout, par contre actuellement mes puces aiment s'allonger mais comme je les changent sur un canapé, je leur demande de monter seule desses et de m'aider en soulevant les fesses..
    ....

    RépondreSupprimer
  2. Bon je suis rassurée car je vois que je fais déjà du Pikler, en plus de Montessori et d'autres.
    Mais il me reste encore une certaine marge de progression .... ;)

    Question qui me taraude : que dit Pikler sur la phase d'opposition de 18/24 mois ? Et dans votre quotidien, comment faites vous ? Et surtout quand vous êtes fatiguées ?

    merci

    Nounoucelia

    RépondreSupprimer
  3. Merci de ton article!
    Je constate que je fais un peu comme toi mais pas entièrement : par exemple, je n'ai pas testé le change debout...
    J'aime le côté ritualisation, autonomie laissée à l'enfant et respect du rythme...

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour tous ces commentaires. Tellement pas l'habitude que j'en oublie de répondre.

    Nounoucelia, chez Pikler ce que l'on essaye de faire en priorité, c'est qu'il n'y ai jamais de conflit entre l'enfant et l'adulte qui s'en occupe. On va donc agir en amont afin d'éviter le plus possible les oppositions. On compte pour cela sur l'autonomie de l'enfant de sa capacité à agir lui-même. Quand les crises arrivent, le fait d'avoir réussi à s'enlever de l'idée que l'enfant ne le fait "rien que pour nous embêter" aide beaucoup à relativiser. On a conscience que c'est un passage obligé et on gère. Bien sûr, il arrive qu'on s'énerve (on est dans un milieu familial, pas en institution où c'est sans doute plus facile). Dans ce cas, il ne faut pas oublier de donner des explications à l'enfant sur ce qu'il s'est passé et pourquoi ça s'est passé. Je tacherai de me documenter plus à fond sur la question et j'en ferai alors un article.

    RépondreSupprimer
  5. Merci de ta réponse.
    Et tu peux être sure que je lirais ton article sur cette délicate question quand tu le publieras ....
    J'aime beaucoup ce que tu fais.
    Merci de nous faire partager tout cela. Cela m'aide à progresser un peu chaque jour (enfin presque ;) ....)

    Nounoucelia

    RépondreSupprimer
  6. Merci Cathy de décrire si bien ces façons de faire qui nous sont si chères !
    Inutile de te dire que j'adhère au plus près à ce que tu écris !
    Pour les phases d'opposition,quand l'enfant crie , je lui dis:"Je voudrais te parler , peux-tu arrêter de crier(pleurer),tu pourras recommencer après si tu le veux "En général , l'enfant se tait et écoute nos arguments.
    Nounouche

    RépondreSupprimer
  7. Merci Nounouche. Te savoir de passage ici me ravit et que l'article te plaise, encore plus. Merci pour cette idée que je ne manquerais pas d'insérer dans un futur article. bises.

    RépondreSupprimer
  8. De la maman de la mini crevette qui va arriver... MERCI !! J'appréhende la séparation mais je me sens vraiment en confiance. Merci pour votre blog et vos articles si intéressant!!

    RépondreSupprimer
  9. Oh merci !! Vous en faites pas. Ca va aller ! Mini crevette a l'air d'avoir de supers parents !!

    RépondreSupprimer
  10. Näser Françoise17 juillet 2013 à 16:15

    je pense effectivement que beaucoup font du "Pikler" sans le savoir parce que parfois, c'est juste une question de respect des enfants, et de bon sens ! Merci Cathy, pour cet article intéressant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai pour tout ce qui concerne les soins à l'enfant mais dans mon cas, tout le côté motricité et activité libres ont été une grande découverte. Quand j'ai commencé mon activité, je l'avoue j'avais (et j'en étais fière) Youpala, nid d'activité transat et compagnie. Merci pour ton commentaire.

      Supprimer
    2. très intéressant c'est sûr et c'est souvent le cas ici. mais comme certaines je ne copie pas à la lettre un modèle, mais je m'inspire du meilleur chez tous. bref, je copie chez tout le monde... et je rajoute ce que je crois, par dessus.

      Supprimer
  11. Merci pour ces belles explications et ce bel article. Comme quoi il y a nounou et nounou :-D

    RépondreSupprimer
  12. je suis une assistante maternelle Pickler (désolée "nounou" j'ai du mal, en tant que professionnelle de la petite enfance ce terme me heurte ;-) ) par contre effectivement j'ai du mal à me présenter en tant que telle auprès des parents, même si une fois fait ils comprennent que je ne suis pas une extra terrestre ou une assmat indifférente (quoi ? vous aidez pas un bébé à se mettre assis en le calant dans des coussins ??? et le youpala ??? mais c'est tellement rigolo !)
    M'autorises tu à utiliser ta présentation ? (bien sûr je citerais mes sources)
    en tout cas bravo pour ces explications si claires !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :). Oui vous pouvez l'utiliser. De mon côté je n'ai pas trop de mal avec ce terme tellement mignon dans la bouche des enfants. Du moins j'avais fini par m'y habituer. Le seul problème c'est que du coup on nous assimile souvent à des aides à domicile voire à des babysitters

      Supprimer