mardi 16 novembre 2010

Le schéma corporel.

Je vais vous présenter une activité qui ne coûte pas un kopek (j’aurais pu caser ça dans la catégorie « récup » si celle-ci existait) et que vous pourrez moduler et adapter selon vos envies, votre imagination et l’âge de vos razmokets.

Il y a quelques années, un papa informaticien avait eu la riche idée de me récupérer des vieux listings ayant déjà servis pour en faire des feuilles de dessins pour les gnomes. Il y en avait des kilos. A l’époque on ne devait pas faire d’économie de papier dans les services informatiques. Et l’avantage du listing, c’est que ça peut nous faire une surface de dessin gigantesque puisque les feuilles ne sont pas imprimées recto-verso. J’ai donc eu l’idée (bon d’accord j’ai piqué l’idée à une gentille maîtresse de maternelle) de prélever le nombre de feuilles nécessaire pour dessiner les enfants « grandeur nature » et de les faire travailler sur le schéma corporel.

Comment ça se passe ? Et bien c’est tout simple : je dépose par terre une bande de papier à la dimension de l’enfant (ce qui correspond en général à 4 ou 5 feuilles) ; je demande à l’enfant de se coucher sur cette surface et je dessine les contours de son corps avec un feutre. Ensuite, c’est à l’enfant de se mettre au travail et de se dessiner en détail. Le travail sera plus ou moins élaboré selon l’âge et le niveau de développement de l’enfant. Je laisse l’enfant dessiner à sa guise tout en lui proposant d’aller se regarder dans un grand miroir et de s’observer. C’est ainsi qu’ici, un drame a été évité de justesse ! Mon artiste en herbe n’était pas contente de son travail car parmi les traits qu’elle avait dessinés pour représenter ses cheveux, l’un d’entre eux était beaucoup moins droit que les autres (on peut même dire que c’était une magnifique spirale). Et ça, ça l’énervait beaucoup. Ça ne la dérangeait pas de se rajouter des bras au niveau du cou mais un cheveu qui frizouillait alors là !!! Nan !!! Je l’ai alors invitée à aller s’admirer devant la glace et elle a pu constater de visu que ses vrais cheveux étaient réellement bouclés comme sur son dessin, état qu’elle ne semblait pas avoir remarqué avant. Son regard s’est alors illuminé et elle est revenue à son dessin pour remplacer toutes les baguettes de tambour par des boucles avec une fierté non dissimulée.



Pour cette séance, nous nous sommes arrêtés là. Lorsque mes propres enfants étaient petits et que je disposais donc d’un nombre important de petits artistes en herbe de 2 à 10 ans, je profitais de ce « travail » sur le schéma corporel pour réaliser des activités de groupe. Nous nous servions de l’empreinte du corps d’un copain pour réaliser la base d’une œuvre collective. On affichait cette base sur le mur et chaque enfant choisissait de fabriquer une partie du corps de ce qui allait devenir un personnage. Les plus grands se chargeaient des détails, et il y avait toujours un petit travail pour les plus petits (collage de gommettes ou peinture). C’est ainsi que nous avions réalisé une sorcière pour Halloween et un clown pour Carnaval !!



Ces réalisations vous sont d'ailleurs expliquées en détail dans la rubrique "Bricolage" du site principal respectivement dans la section Halloween et Carnaval.


Dans l’idée originale de la maîtresse, les enfants habillaient leur silhouette avec de vrais morceaux de tissus et réalisaient leurs cheveux avec de la laine. C’est l'une des nombreuses déclinaisons possibles de cette activité.


2 commentaires:

  1. Super ! J'essaie ça dès cet après-midi avec mes péris. Merci Cathy !

    RépondreSupprimer